Madina Ba – Les Arts du Soleil

by L'Art à Genève
30 juillet 2022

Madina Ba, galeriste est la fondatrice et directrice des Arts du Soleil. La galerie promeut l'Art africain. 

Votre rôle dans le monde artistique ?

Faire la promotion, exposer des artistes contemporains dans mes galeries à Genève et à Dakar . Je leur propose aussi des résidences artistiques à la galerie à Dakar.

 Quel a été le déclic ?

Mes échanges avec les artistes. Certains d’entre eux ont des messages tellement pertinents, et des œuvres d’une telle qualité esthétique que j’ai eu envie de m’engager à leurs côtés. 

 Aujourd’hui quelle est votre motivation ?

 Donner plus de visibilité à des artistes à haut potentiel, les accompagner du mieux que je peux dans leur démarche.

Votre rapport au marché de l’art ?

Je le trouve particulier et hyper sélectif.  Il est plus organisé et structuré dans certains pays que dans d’autres, mais globalement, je trouve que l’art est encore inaccessible pour beaucoup trop de personnes.

Le courant artistique qui vous touche le plus ? 

Je n’ai pas de préférence. Je m’extasie devant des œuvres, peu importe l’époque et le courant artistique. 

La qualité que vous préférez chez un artiste ?

La créativité.

La qualité que vous redoutez le plus chez un artiste ?

Je ne redoute aucune de leurs qualités, par contre je me méfie de la cupidité et de l’orgueil chez les gens en général. Quelquefois, cela peut pousser à poser des actes regrettables.

En quoi la Biennale de Dakar, Dak’Art, initiée par l’Etat du Sénégal en 1992 pour l’art contemporain africain est-elle pionnière ?

Je ne pense pas que la biennale de Dakar soit la première en Afrique, mais elle prend de plus en plus d’ampleur. C’est une excellente occasion pour les artistes du continent et de la diaspora de faire découvrir leurs œuvres. Galeristes, collectionneurs, critiques et amateurs d’art viennent du monde entier pour assister à cet événement. C’est une occasion pour faire de belles rencontres, repérer de nouveaux artistes et acquérir de belles œuvres.

La galerie Les Arts du Soleil participe activement au OFF de la Biennale. Quels artistes avez-vous présenté cette année ?

Nous avons organisé une exposition regroupant des artistes venant de différents pays africains : Gérard Gabayen (Sénégal), Samson Gahoui ( Bénin), Leuna Ndjele Noumbimboo (Cameroun), Serge MIENANDI (Congo), Adji Diouf ( Sénégal ), Madou BA( Sénégal).

Quelle est la tendance aujourd’hui sur le marché de l’art africain 

Certains artistes africains ont le vent en poupe, mais globalement les transactions sur les œuvres restent faibles… Les professionnels du secteur sont confrontés à trois problématiques: 

-  Il n’y a pas de véritable système de cotation des artistes,

- la conservation de l’œuvre produite qui dépend des matériaux utilisés (critère très important pour les collectionneurs). La plupart des artistes n’ont pas les moyens d’acheter des matériaux de qualité alors qu’ils ont un énorme talent.

- la loi de l’offre et de la demande. En Afrique, les priorités sont ailleurs, les gens n’achètent pas suffisamment d’œuvres d’art. L’émergence d’une classe moyenne africaine qui s’intéresse de plus en plus à l’art me donne de l’espoir, car pour que le marché se développe sur le continent et ailleurs, il faut que les africains soient les premiers consommateurs de leur art.  

Les choses se mettent en place, certes lentement, mais des réflexions sont menées sur ces différentes problématiques, et j’espère que des solutions durables seront trouvées. 

Quel est votre dernier coup de cœur ?

Le choix est difficile, j’en ai eu plusieurs à la fois.

Quelle est pour vous la ville la plus artistique ?

Dakar

Que seriez-vous sans l’Art ?

Je ressentirais un vide.